L’IMC – indicateur de masse corporelle, en quoi cela consiste?

L’indice de masse corporelle (IMC) est un calcul qui est parfois utilisé dans les établissements de santé comme méthode indirecte pour déterminer la catégorie de poids d’une personne et quels risques elle encourt pour sa santé. 

Dans cet article, nous aborderons différents points pour mieux comprendre la pertinence de cet indicateur, comment le calculer et les risques sur la santé d’un IMC trop faible ou trop élevé. 

Sommaire de l'article

Qu’est-ce que l’IMC ?

L’IMC est une mesure qui prend en compte votre taille et votre poids pour effectuer un calcul qui va déterminer le rapport entre votre poids et votre taille.

L’indicateur de masse corporelle n’est pas un outil de diagnostic ni une mesure du pourcentage de graisse corporelle. Un IMC élevé peut être un indicateur d’un taux de graisse corporelle élevé, mais il ne constitue pas à lui seul un indicateur suffisant pour évaluer l’état de santé d’une personne.

Selon les populations, l’IMC peut se révéler comme étant un indicateur assez fiable pour mesurer le taux de graisse corporelle. Cependant, pour d’autres groupes comme les personnes âgées ou les culturistes, l’efficacité de ce calcul est moindre. Pour obtenir une estimation plus précise du taux de graisse corporelle chez un individu, il existe des méthodes plus précises que nous vous avons listé à la fin de cet article.

IMC catégories

Comment est calculé l’IMC ?

L’indice de masse corporelle se calcule à partir de la taille et du poids d’une personne. Bien que, comme nous venons de le voir, il n’est fiable à 100 %. Néanmoins, il peut néanmoins constituer un bon point de départ pour estimer l’impact de votre taux de graisse corporelle sur l’état de santé général. 

Afin d’établir un premier diagnostic et entamer un suivi avec votre médecin, l’IMC couplé à d’autres mesures de santé peut être utilisé. Vous pourrez alors définir, ensemble, un plan d’action dans le but de réduire votre risque de maladie et d’augmenter votre bien-être général.

La formule utilisée pour calculer l’IMC : 

  • Formule : poids (kg) / (taille (m) *2)
  • Exemple : poids = 70 kg / taille = 1,84 m
  • Calcul de l’IMC : 70 / (1,84*2) = 19

Le résultat correspond à la masse corporelle notée, dans l’exemple d’un IMC égal à 19 : 19 kg/m²

Les résultats de l’IMC sont interprétés par l’OMS de la manière suivante :

IMCInterprétationRisque de maladie
Moins de 16Maigreur extrêmeÉlevé
16 à 18.4Insuffisance pondéraleMoyen
18.5 à 24.9Corpulence normaleFaible
25 à 29.9SurpoidsMoyen
30 à 34.9ObésitéÉlevé
35 à 40Obésité sévèreTrès élevé
Plus de 40Obésité morbideExtrêmement élevé

Les risques pour la santé d’un IMC trop élevé

Si l’IMC est utilisé pour dépister la santé de la population générale, c’est en raison de la corrélation entre le surpoids ou l’obésité et certains problèmes de santé. Les personnes en surpoids ou obèses présentent un risque accru de :

  • Arthrose
  • Certains cancers
  • Diabète de type 2
  • Maladie coronarienne
  • Hypertension artérielle
  • Accident vasculaire cérébral
  • Apnée du sommeil et problèmes respiratoires

Les risques pour la santé d’un IMC trop faible

Si un IMC élevé peut être un indicateur de risque accru pour la santé, un IMC faible peut également être révélateur de problèmes de santé. 

Les personnes qui ont un poids insuffisant selon l’échelle de l’IMC peuvent être prédisposées à :

  • Dépression
  • Peau sèche
  • Ostéoporose
  • Perte de cheveux
  • Carences en nutriments
  • Maladie cardiovasculaire
  • Mauvais système immunitaire
  • Difficultés de conception (chez les femmes)
  • Menstruations irrégulières (chez les femmes)

Les avantages d’un IMC normal

Le maintien d’un IMC normal (18,5 à 24,9) présente de nombreux bénéfices, notamment celui de limiter le risque de tous les problèmes de santé énumérés ci-dessus. 

Vous êtes notamment moins susceptible de souffrir de maladies cardiaques, d’hypertension ou de diabète. Se maintenir à un IMC normal permet également d’améliorer la qualité du sommeil, d’être plus énergique tout au long de la journée et d’avoir une meilleure circulation sanguine, ce qui engendre une meilleure répartition des nutriments et de l’oxygène dans l’organisme.

L’IMC est-il interprété de la même manière pour les enfants et les adultes ?

L’IMC est interprété différemment pour les enfants, bien qu’il soit calculé à l’aide de la même formule que l’IMC des adultes. L’IMC des enfants doit être spécifique à l’âge et au sexe, car la quantité de graisse corporelle change avec l’âge et la quantité de graisse corporelle diffère entre les filles et les garçons. 

Les courbes de croissance de l’IMC pour l’âge des enfants tiennent compte de ces différences et présentent visuellement l’IMC sous forme de classement en percentiles. 

L’IMC chez les enfants et adolescentes filles

Pour calculer l’IMC d’une fille, on le calcule, puis on se réfère à la courbe rose présentée ci-dessous. Une enfant ou adolescente de sexe féminin ne présentant de problèmes liés à sa masse corporelle aura une courbe de corpulence comprise entre les deux percentiles de référence qui sont le 3ᵉ percentile et le 97ᵉ percentile. 

IMC filles

L’IMC chez les enfants et adolescents garçons

Le processus et l’interprétation sont identiques concernant les enfants et adolescents de sexe masculin. Une fois l’IMC calculé, on se réfère à la courbe bleu présentée ci-dessous. Une masse corporelle saine sera compris entre le 3ᵉ le 97ᵉ percentile.

IMC garçons

L’IMC est-il un indicateur fiable pour déterminer l’obésité d’une personne ?

La corrélation entre l’IMC et l’adiposité est assez forte, mais même si deux personnes ont le même IMC, leur niveau d’adiposité peut différer.

Pour la plupart des personnes, l’IMC peut être utilisé pour fournir une mesure correcte de l’obésité. En revanche, il faut savoir que l’IMC ne permet pas d’obtenir d’informations réelles sur la composition corporelle, comme la quantité de graisse, d’os, de muscles et d’autres tissus.

Il est facile de constater que l’IMC mesure plus précisément la graisse corporelle chez certaines personnes que d’autres. Prenons l’exemple de personnes très musclées. Elles peuvent facilement se retrouver dans la catégorie “surpoids” tout en ayant un très faible taux de graisse corporelle et en étant en très grande forme. Malgré le fait qu’elle soit en très bonne santé, elles pourront avoir le même IMC qu’une personne en surpoids.

Un autre cas de figure concerne les personnes âgées et fragiles. Elles peuvent se retrouver dans la catégorie “normal” alors que son taux de masse musculaire est faible et son taux de graisse corporelle est élevé.

Pour des personnes très musclées, des personnes âgées, des personnes de petite taille ou de forte corpulence, des enfants et adolescents en pleine croissance et des femmes enceintes, l’IMC doit être interprété et évalué avec précaution.

Pour résumer, avec un IMC équivalent : 

  • Les hommes ont tendance à avoir moins de graisse corporelle que les femmes.
  • Le taux de graisse corporelle peut varier selon le groupe racial/ethnique.
  • Les personnes âgées ont généralement un taux de graisse corporelle plus élevé que les jeunes adultes.
  • Les sportifs ont un taux de graisse corporelle moins élevé que les non-sportifs.

Quelles méthodes existent pour mesurer la graisse corporelle ?

L’IMC ne permet pas de mesurer le taux de graisse corporelle. Cependant, il existe plusieurs méthodes permettant d’évaluer le pourcentage de masse maigre par rapport à la masse grasse. Elles sont appelées analyse de la composition corporelle. 

Voici quelques-unes des méthodes les plus courantes :

L’impédance bioélectrique

Méthode courante permettant l’évaluation du pourcentage de graisse corporelle, l’impédance bioélectrique détermine le poids total du corps, l’eau, la masse osseuse, la masse musculaire et la quantité de graisse corporelle.

Certains facteurs, par exemple, le niveau d’hydratation peuvent influencer la lecture, mais cela n’empêche pas d’obtenir des résultats assez précis sur la durée. Il est possible de trouver dans le commerce des pèse-personnes qui utilisent cette méthode de mesure.

Absorptiométrie à rayons X à double énergie (DXA)

Il s’agit d’un scanner à rayons X qui mesure les os d’une personne (plus précisément sa densité minérale et sa perte osseuse) pour calculer les possibilités de développer une ostéoporose. Cependant, ces appareils DXA ont des limites et la technologie largement utilisée ne permet pas de mesurer les os des personnes qui pèsent 300 livres ou plus ou qui mesurent plus d’un mètre quatre-vingts.

Mesure de l’épaisseur des plis cutanés

Cette méthode simple, est utilisée par de nombreux experts, pour déterminer la composition corporelle.

Pesée sous l’eau : Cette procédure, également appelée hydrodensitométrie ou pesée hydrostatique, est complexe et compliquée, c’est pourquoi elle est rarement utilisée.

Ces différentes méthodes ne sont pas toujours facilement accessibles. Elles sont soit coûteuses, soit doivent être réalisées par un personnel hautement qualifié. De plus, nombre de ces méthodes peuvent être difficiles à standardiser entre les observateurs ou les machines, ce qui complique les comparaisons entre les études et les périodes.

Conclusion

L’IMC peut être un outil de dépistage, mais il ne permet pas de diagnostiquer efficacement l’adiposité ou la santé d’un individu. 

Si l’indice de masse corporelle peut être un outil utile pour certaines personnes, il ne s’agit que d’un chiffre qui doit toujours être considéré dans le contexte d’autres données. Parlez-en avec votre médecin afin de mieux comprendre votre IMC dans le cadre d’un plan global de santé et de longévité.

Loading...